Qu'est-ce que la Motricité Libre ? Comment et pourquoi l'appliquer ?

Profondément convaincue des bénéfices apportés par la méthode, j'ai choisis de l'appliquer dès le départ pour notre fille, Erika. Et malgré qu'elle n'a "que" six mois, j'en constate déjà les bienfaits.


Forcés de vouloir bien faire, victimes d'idées reçues et de marketing en tant que parents, nous avons tendance a entraver - sans le vouloir - le développement de l'enfant.
Rassurez-vous, je pensais que toutes ces choses étaient bonnes pour l'enfant, moi aussi. 
Ce n'est qu'après m'être documenté et renseigné sur le sujet que j'ai appris ce qu'il fallait pour bien faire et ce qu'était la Motricité Libre.

Capables de grandes choses :

Plus qu'on ne l'imagine, l'être-humain est naturellement capables de miracles.
Se retourner, ramper, se mettre "à quatre pattes", sur les genoux et se lever sont autant de choses épatantes que les enfants peuvent réaliser par eux-mêmes. Sans aide aucune. - Je vous l'accorde, il est parfois dur de résister à l'envie d'aider son petit...

Nous sommes, en quelque sorte, programmés à franchir chacune de ces étapes, seuls et à notre rythme pour au final, aboutir à la marche telle qu'on la connait. Proposer a l'enfant de s'émerveiller et de passer par toutes ces étapes de lui-même est ce que l'on appelle : La Motricité Libre.
Une pratique encore 'méconnue' et pourtant pratiquée depuis des décennies à travers le monde sans qu'aucun nom lui ai été donné. Il s'agit aujourd'hui d'une réelle méthode pédagogique avec ces règles et ces interdits, c'est ce que nous allons voir aujourd'hui.

Mais attention : Je ne forcerai jamais personne à adopter/pratiquer cette méthode. Vous êtes libre de faire comme vous le voulez, ce que vous pensez bon pour vos enfants. Cet article n'est là que pour informer et non pour dicter une conduite. - Cette précision me semblait indispensable pour ne pas paraître directive.

Qu'est-ce que la Motricité Libre ?

  • Respecter le développement et la physiologie de l'Enfant.
  • Laisser le Tout-petit découvrir son corps, son environnement, ses sensations et ses capacités à son rythme et sans intervenir.
  • Lui permettre d'acquérir les bons gestes, les bons réflexes à une "parfaite" autonomie.
  • Qu'il puisse découvrir les limites de son corps, de l'univers et des solutions.
  • Optimiser sa confiance et la fierté ressentie lorsqu'il accomplit un objectif fixé.

Comment mettre en place la Motricité Libre ?

1- Prévoir une zone sécure/sécurisée et confortable : Appelé aussi Nido selon la Pédagogie Montessori, la zone de jeu et de découverte doit être saine, sécurisée et agréable à l'Enfant.

Au départ, un tapis de jeu et quelques jouets feront parfaitement l'affaire et dès que l'Enfant gagnera en autonomie et en intérêt pour ce qui l'entoure, prévoir d'aménager l'espace à l'aide de rangements, fauteuils et éventuels appuis permettant son développement.

Tapis de Jeu : Close Parents - Disponible chez Happy Hippy Baby : Ici

Si vous optez pour le Nido, comme je l'ai fais, vous pourrez par la suite fixer un miroir sans danger, au mur - et le sécuriser - lui proposer un meuble bas et/ou poser une barre horizontale au mur.
Vous trouverez des exemples via Google images. >>> Ici

2- L'évolution doit se faire au sol et sans aide d'aucune sorte : Plus facile à dire qu'à faire, je vous l'accorde et surtout quand on a pas été éduqué de la sorte. L'accompagnement ne peut se faire que par notre présence, nos encouragements et notre surveillance.

Parc et Transat peuvent être pratiques dans certains cas, mais il est favorable de ne les utiliser qu'occasionnellement, rarement voir pas du tout.
De mon côté, je refuse d'acheter un Parc. J'ai un Transat, en cas d'extrême besoin et je n'en ai pas encore eu besoin.

Il en est de même pour les Trotteurs/Youpallas/Tables d'activités et autres gadgets qui en plus d'entraver l'Enfant peuvent être dangereux - risques d'accidents et/ou jambes arquées - voir son interdit dans certains pays.

Pour exemple : Les Trotteurs sont interdit au Canada.

3- La Garde-robe/Penderie se doit d'être confortables : Pour permettre une liberté de mouvements totale. L'Enfant est plus en phase avec ses appuis au sol en étant pieds nus, en chaussettes/collants ou chaussons - antidérapants - et en chaussures souples à l'extérieur du domicile.

Ce qu'il ne faut pas faire :

1- Utiliser le Transat/le Parc en quasi-permanence : Occasionnellement, ce dernier peut dépanner, lorsque l'on ne trouve aucune solution. Autrement il entravera le développement moteur de l'Enfant. Sous surveillance, placer l'Enfant dos au sol est préférable.

Personnellement : Lorsqu'Erika était très jeune, je la plaçais sur une surface moelleuse et restait à ses côtés. Comme tout les bébés, elle dormait les 3/4 du temps mais dès qu'elle était réveillée, je jouais avec elle et rapidement, elle s'est retournée, de là, j'ai choisis un tapis de jeu moins épais, lui permettant ainsi de ressentir le sol sous son corps et de s'en imprégner.

2- Positionner l'Enfant assis/debout avant qu'il ne puisse le faire seul : La Colonne vertébrale d'un Enfant en bas âge n'est pas encore totalement préparée à supporter son poids.
Selon les travaux de la Pédiatre E.Pikler, le fait d’asseoir un Bébé en bas âge va à l’encontre de son développement psychomoteur : Dans cette position et sans l’avoir trouvé lui-même, il lui est impossible de bouger comme il le souhaite et à son rythme.
Placez-vous, oui vous, assis dans la même position que l'on place traditionnellement un Bébé et vous constaterez que vos mouvements ne sont pas aisés, ils sont entravés par cette position. Ces tensions physiques devraient par Nature nous mettre la puce à l'Oreille.

Car oui, avec cette notion de motricité libre, on se place souvent "à la place" de l'enfant.
Essayez, vous verrez que cette astuce vous permettra de voir les dangers, constater les failles et les choses amusantes pouvant stimuler votre Tout-petit. Ça paraît ridicule, mais ainsi j'ai découvert que le soleil frappait le lit d'Erika de plein fouet à certaines heures, ce qui peut la réveiller par exemple et lancer la crise d'angoisse ou une gêne chez elle.

3- Simuler la marche : Pour les mêmes raisons, il est préférable de laisser l'Enfant apprendre par lui-même et de découvrir qu'il est capable de le faire sans appui de la part de ses parents. Il constatera qu'il n'a pas besoin de nous et tout ira pour le mieux.

Dernière chose, les enfants grandissent à leur rythme.Ce n'est pas parce que Jean-Pierre a marché à 18 mois qu'Erika marchera à cet âge... Votre Enfant, le mien, le sien est différent et unique.

Intervenir en cas de "danger" uniquement !

1- Lors de Chutes violentes ou lors de blocage : Bien entendu, notre surveillance rime avec prudence et bon-sens, si l'Enfant chute de trop ou violemment, intervenez et restez près de lui pour l'accompagner sans intervenir. Ou passez à autre chose. Réagissez de la même manière si l'Enfant se bloque et prudemment s'il se bloque un bras, une jambe, etc...

2- Jambe en W : La position des jambes placées en W est souvent vue comme signe d'une future souplesse et malheureusement il n'en est rien car beaucoup de problèmes peuvent résulter d'une telle posture. En effet, elle peut amener des troubles orthopédiques graves, car elle empêche complètement l’enfant de répartir son poids de manière égale.

J'espère que cet article pourra vous aider.
N'hésitez pas à me poser d'éventuelles questions ou à apporter une précision quelconque en commentaires.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous n'avez pas le temps de commenter ?
Cliquez sur le petit pouce pour m'indiquer que vous avez aimé, ça me ferait très plaisir.

Commentaires

  1. Chouette. C'est bon à savoir pour les trotteurs, je viens de lire des articles qui en parlent du coup et c'est vrai, logique quand on y pense. Tes articles sur les bébés sont extra. Ça me permet d'en savoir plus sur les futures posibilités qui s'offre à moi. Le jour où je déciderai d'avoir un enfant ça me sera bien utile, merci.
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, n'hésites pas si tu as des questions. 😉
      Belle journée à toi aussi et tout de bon.

      Supprimer
  2. En gros t'est la mère parfaite ?

    RépondreSupprimer
  3. Val Reine Lothlorien1 mars 2017 à 16:54

    Je suis sidérée quand je vois ce genre de commentaires, agressifs et sans fondements. Cet article, comme elle l'a bien précisé, est à titre purement informatif et ne se fait pas juge d'un comportement et d'une maternité qui serait meilleure qu'une autre. C'est juste le reflet d'une jeune maman qui s'est posé des questions et qui adopte une manière qui lui apparaît comme bonne, qui partage ces explorations. En tant que future maman, avec le futur papa juste à côté, j'apprécie de lire ces articles qui m’amènent à réfléchir sur la façon dont nous allons nous débrouiller, tâtonner avec notre bout de chou. Car c'est bien ça le but premier,non? Faire que nos p'tits loups soient heureux, sans se heurter à ce genre de propos dès que l'on donne un avis... Bref, je reviens à mes moutons. Merci pour cet article, qui m'a amenée à réflexion sur le parc justement, et aussi sur l'utilisation du siège-auto dès la sortie de la clinique par exemple, Hilde, qu'en penses-tu? cette position de siège-auto ne me semble pas physio justement, je pensais utiliser une nacelle ou un cosy...?

    Val, petite fille pour début Juin :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire